Cher monde

Cher monde,

C’est avec une immense tristesse que je me réveille ce matin en apprenant que Donald Trump est le nouveau président des États-Unis. Je ne suis pas américaine, je suis française, mais avant tout je suis citoyenne du monde. Citoyenne d’un monde qui a peur et qui a perdu la foi. Citoyenne d’un monde qui a choisi la haine, le racisme, le sexisme et la corruption.

Chaque jour les informations nous parviennent, des villes sont bombardées, des hommes sont tués, réduits au silence par des fous qui pensent détenir la vérité. Nous subissons aujourd’hui une nouvelle défaite avec l’élection de cet homme à la tête d’un des États les plus puissants du monde. Pendant ce temps, des foules en liesse savourent la victoire de celui qui veut construire des murs pour séparer les hommes et faire taire ceux qu’il estime lui être inférieurs.

Aujourd’hui, des hommes libres avaient le choix.
Aujourd’hui, des hommes libres ont choisi la défaite des valeurs nobles de l’homme.

Ce message envoyé au monde m’attriste. Croyons-nous encore en la solidarité ? En l’unité et en la liberté chéries par ceux qui se sont battus pour que nous ayons un monde meilleur ?
La France cédera-t-elle dans quelques mois à ces mêmes démons ? Notre peur conduira-t-elle au même résultat désastreux pour l’humanité ?

Nous pouvons faire bien mieux que ça. Nous pouvons croire en nous et en notre potentiel d’amour. En notre capacité à être solidaires pour faire le bien autour de nous. Ne cédons pas à la peur. Ne cédons pas.
Je crois toujours que nous pouvons y arriver. Que nous pourront créer pour nos enfants un monde qui croira en chacun de nous peu importe qui nous sommes, peu importe notre sexe, notre couleur de peau, notre religion ou ceux que nous aimons.
Alors ne leur donnons pas raison, construisons des ponts, réunissons nous et apprenons à nous connaître. Tendons la main à nos voisins pour que ce qui nous distingue devienne notre force et nous permette de faire front uni contre ceux qui veulent nous diviser. Nos différences feront notre force.

J’espère que mes enfants grandiront dans un monde plus soudé, que je pourrais leur dire que tout cela n’était qu’un égarement passager de l’homme en quête de sa vérité. Que cet homme perdu a finalement retrouvé son chemin pour leur offrir la paix dans laquelle ils vivent désormais.

Cher monde, je suis désolée.
Mais je garde espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *